A la découverte de Claire

... et de ses soeurs

avec ses Ecrits, et les réactions de quelques soeurs
Claire et l'eucharistie
Toute la vie de Claire est centrée sur le Christ. Sa pensée et son coeur sont fixés sur Lui. Toute son existence et ses choix de vie sont recherche d'une plus grande intimité avec Lui. L'eucharistie, lieu privilégié de la rencontre et de la communion, est un des chemin qui l'y mène.
Le XIIIe s. est un siècle eucharistique, où le dogme de la présence réelle est mise en lumière. La dévotion s'oriente surtout vers la vénération de la sainte Réserve, plutôt que la pratique de la communion, pourtant encouragée par les Papes, les Conciles, les Docteurs.
St Louis, recevant la communion, dans ses habits de tertiaire franciscain
L'exemple et l'enseignement de François, stimulaient Claire et ses soeurs. Celui-ci avait une piété et dévotion envers le Corps du Christ qui incendiat toute sa vie. Ses nombreux écrits, que Claire connaissait, en témoignent.

"16 Voici, chaque jour, il s’humilie comme lorsque, des trônes royaux, il vint dans le ventre de la Vierge ; 17 chaque jour, il vient lui-même à nous sous une humble apparence ; 18 chaque jour, il descend du sein du Père sur l’autel dans les mains du prêtre. 19 Et de même qu’il se montra aux saints apôtres dans une vraie chair, de même maintenant il se montre aussi à nous dans le pain sacré. 20 Et de même qu’eux, par le regard de leur chair, voyaient seulement sa chair, mais, contemplant avec les yeux de l’esprit, croyaient qu’il est Dieu, 21 de même nous aussi, voyant du pain et du vin avec les yeux du corps, voyons et croyons fermement qu’ils sont son très saint corps et son sang vivant et vrai. 22 Et de telle manière le Seigneur est toujours avec ses fidèles, comme il le dit lui-même : Me voici, je suis avec vous jusqu’à la consommation du siècle."

(admonition 1)

Claire adorait le Christ eucharistique

"Les jours où elles devait communier, on la voyait d'abord le visage baigné de larmes ; puis elle s'approchait de la Sainte table avec crainte, car elle ne redoutait pas moins le Christ caché dans l'hostie que le Christ glorieux qui gouverne le ciel et la terre"

Vie 17, 28

Craindre et redouter ne sont pas là des mots qui expriment la peur, ils sont synonymes de révérer et vénérer.

"Elle recevait souvent le Corps de notre Seigneur Jésus Christ, avec tant de dévotion et de crainte qu'en le recevant elle était toute tremblante."

Procès 2, 11

Un événement traduit bien la confiance de Claire, en la protection et présence de Jésus, dans le Saint Sacrement.
Un vendredi de septembre 1240, les troupes tartares et sarrasines de l'armée Frédéric II envahirent la campagne d'Assise. La communauté des soeurs avait très peur. Claire était très malade. Elle était néanmoins descendue venir les soutenir et leur dire :
" Ne craignez pas mes soeurs et filles, si Dieu est avec nous, les ennemis ne pourront rien nous faire. Confiez-vous en notre seigneur Jésus Christ, il nous délivrera. Et moi je veux être votre garantie qu'ils ne vous feront aucun mal ; s'ils viennent placez-moi au milieu d'eux !"
Ils étaient venus. Ils étaient entrés dans le monastère avec vacarme. Et Claire, soutenue par ses filles, s'était avancée. Elle portait le Saint Sacrement. Sa prière se fit alors ardente et suppliante :
"Seigneur, garde toi-même tes servantes parce que moi, j'en suis incapable"
Les sarrasins repartirent alors comme ils étaient venus, au grand soulagement de Claire et de ses soeurs. Et Claire savait que le Christ présent dans l'Eucharistie, lui avait répondu.