Voyager confinées...

Comment voyager quand on est confiné, quand ce(ux) qui nous entoure(nt) semble(nt) être mis sous cloche protectrice, quand on ne peut palper, embrasser ? L'expression tant entendue, quand on est petit et entreprenant, "on touche avec les yeux..." prend tout son sens.

Nous vous proposons d'aller avec nous à Assise et ses environs, grâce à nos souvenirs !

Nous voilà arrivées à Assise.

Les unes et les autres l'ont constaté, une des premières choses que l'on voit, c'est le Sacro Convento - le couvent des frères, qui sert d'écrin protecteur à la Basilique saint François.

C'est tout frais !

La Basilique Saint François

A la mort de François en 1226, l'église saint Georges qui accueillait sa dépouille, se révéla très vite trop petite pour recevoir le flot de pélerins qui venait de partout auprès de son corps pour le vénérer, le remercier, de demander son intercession afin d'obtenir des grâces, des guérisons...

Après la canonisation de François, en 1228, à la demande du pape, frère Élie de Cortone, (ministre général de l'Ordre franciscain de 1232 à 1239), entreprit bientôt la construction de la basilique où devait reposer le corps du saint, dans la crypte.

Voici un plan de coupe de la construction... bon c'est du russe, mais on peut comprendre qu'il y a 3 niveaux : la crypte (où est le corps de François), la basilique inférieure, et la basilique supérieure. Et par le même coup : 3 ambiances !

Dès sa construction, cet édifice divisa profondément les frères... qui le jour de la dédicace en vinrent aux mains (il y eut des morts : ça rigolait pas !).

Aujourd'hui... eh bien chacune aussi a son avis sur le lieu (mais cela reste plus pacifique !)

... l'arrivée sur l'esplanade
"Quand on arrive, après une rude montée : c'est beau !
De l'esplanade on peut voir toute la plaine d'Assise, c'est saisissant. Et puis c'est beau et sobre."
On entre, puis il faut descendre et se rendre dans la crypte : là se trouve saint François.
La crypte

Après quelques marches, on tourne, c'est la pénombre. il est là : François !

Et il ne risque pas de partir : son tombeau est dans un pilier, enchainé, avec des grilles. Il sert de colonne à l'édifice. Au dessus de lui se situe l'autel de la basilique inférieure : tout un symbole !

Ses frères les plus proches l'entourent en cette demeure : Massé, Rufin, Léon, Ange...
et surtout "frère Jacqueline", Jacqueline de Settesoli. Une veuve qui a été proche de François, et l'a entouré de son amitié au cours de sa maladie et de son trépas.
"on est saisi : on ne s'attend pas à trouver le corps de François dans une telle simplicité"
"Etre au tombeau, cela m'a donné des émotions. J'ai vu là où repose le corps de mon fondateur, dont le tombeau est simple."
"Francois, il est dans mon coeur ! Pas dans un tombeau !"
"J'ai toujours aimé venir au tombeau : c'est un endroit calme et priant. On peut trouver un petit coin et y être tranquille"