Comment réagissez-vous au coronavirus ?

C'est d'abord un immence élan de solidarité qui monte de nos coeurs.
Oui, nous sommes profondément solidaires de tous ces hommes et ces femmes du monde entier qui souffrent, souffrance de la maladie, de la mort, de la peur, de la solitude, du confinement, du chomage forcé avec les terribles répercussions économiques que cela va entraîner, de l'épuisement de tous les soignants qui soignent les autres au péril de leur vie. Devant tant de souffrances nous nous sentons bien impuissantes et pourtant nous savons que nous avons l'arme principale : la prière
.
La prière individuelle qui monte bien souvent du fond de notre coeur au cours de la journée, mais aussi la prière communautaire : ces temps de prière silencieuse où nous sommes réunies devant Jésus présent au Saint-Sacrement, mais surtout, prière de l'Office, cet ensemble de psaumes et de passages de la Parole de Dieu que nous chantons ensemble plusieurs fois par jour, au nom de l'Église et pour le monde entier. Les psaumes qui sont souvent un cri de supplication vers Dieu prennent une actualité saisissante, ne serait-ce que ce verset qui introduit tous les Offices :"Dieu, viens à mon aide, Seigneur, viens vite à notre secours." Mais prière aussi d'action de grâce car nous sommes souvent les témoins ou les lectrices de gestes merveilleux de solidarité, d'entraide, de partage. Comme si beaucoup se réveillaient et découvraient qu'ils ne sont pas seuls, mais responsables les uns des autres, qu'ils ne sont pas tout-puissants comme les formidables progrès techniques pourraient le faire croire, qu'il n'y a pas que l'acquisition sans fin des biens de consommation qui compte mais qu'il y a d'autres valeurs etc.
Tout cela a été admirablement rappelé par
le pape François lors de sa longue prière et de sa bénédiction au monde le soir du 27 mars. Nous sommes seuls et ensemble a-til dit et ces paroles étaient saisissantes en voyant ce petit homme en blanc seul sur la place Saint Pierre déserte sous la pluie et dans l'immence basilique vide, prier pour le monde entier.Il a commenté l'évangile de la tempête apaisée (Marc 4, 35-41) et a répété plusieurs fois ces paroles de l'évangile : Hommes de peu de foi, pourquoi avez-vous peur, n'ayez pas peur, je suis avec vous.
Alors, ne perdons pas courage, même s'il semble dormir, Dieu est avec nous, partageant ce que nous vivons.