29 juillet 2018

17e dimanche du Temps Ordinaire

  • Que dit cette Parole ?

Évangile selon saint Jean (6,1-15)

En ce temps-là,
Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée,
le lac de Tibériade.
Une grande foule le suivait,
parce qu’elle avait vu les signes
qu’il accomplissait sur les malades.
Jésus gravit la montagne,
et là, il était assis avec ses disciples.
Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche.
Jésus leva les yeux
et vit qu’une foule nombreuse venait à lui.
Il dit à Philippe :
« Où pourrions-nous acheter du pain
pour qu’ils aient à manger ? »
Il disait cela pour le mettre à l’épreuve,
car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire.
Philippe lui répondit :
« Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas
pour que chacun reçoive un peu de pain. »
Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit :
« Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge
et deux poissons,
mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! »
Jésus dit :
« Faites asseoir les gens. »
Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit.
Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes.
Alors Jésus prit les pains
et, après avoir rendu grâce,
il les distribua aux convives
;
il leur donna aussi du poisson,
autant qu’ils en voulaient.
Quand ils eurent mangé à leur faim,
il dit à ses disciples :
« Rassemblez les morceaux en surplus,
pour que rien ne se perde. »
Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers
avec les morceaux des cinq pains d’orge,
restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture.

À la vue du signe que Jésus avait accompli,
les gens disaient :
« C’est vraiment lui le Prophète annoncé,
celui qui vient dans le monde. »
Mais Jésus savait qu’ils allaient l’enlever
pour faire de lui leur roi ;
alors de nouveau il se retira dans la montagne,
lui seul.

 

Aujourd'hui, nous débutons une série de 5 dimanches durant lesquels nous lirons le chapitre 6 de l'évangile selon saint Jean, appelé communément le discours sur le Pain de vie. Celui-ci débute par le récit de la multiplication des pains.

Dans l'évangile selon saint Jean, tous les détails ont de l'importance et ont un sens plus profond que ce que l'on pourrait penser. En voici seulement quelques-uns:

  • la montagne. C'est le lieu de la révélation de Dieu (cf. Ex 24, par exemple) : Jésus, en multipliant les pains sur la montagne, se révèle comme étant le Dieu qui donne la subsistance à son peuple (cf. le don de la manne par Dieu à son peuple qui mourrait de faim dans le désert). La montagne est aussi le lieu privilégié de la rencontre personnelle avec Dieu : ainsi, à la fin du texte, Jésus "se retira dans la montagne, lui seul".
  • "Jésus prit les pains et, après avoir rendu grâce, il les distribua aux convives" : ces gestes rappellent aux lecteurs l'Institution de l'Eucharistie. D'ailleurs, chez Jean, contrairement aux autres évangiles, cette scène de l'Institution de l'Eucharistie n'est pas racontée. Il se pourrait bien que l'épisode de la multiplication des pains la remplace.
  • Il reste "douze paniers en surplus". Douze, c'est le nombre des douze tribus d'Israël de l'Ancien Testament, c'est-à-dire la totalité de ceux qui croyaient au Dieu unique... comme pour nous dire que que le pain multiplié par Jésus est destiné à tous ceux qui croient en Dieu, dans tous les temps.
  • "Jésus savait qu’ils allaient l’enlever pour faire de lui leur roi ; alors de nouveau il se retira dans la montagne, lui seul." Les foules, rassasiées grâce à ce "miracle" savent bien que Jésus vient de Dieu. Mais ils se trompent sur le mode d'action de ce "prophète": ils pensent au pouvoir temporel et veulent faire de Jésus un roi qui chasse l'occupant romain et qui restaure la royauté d'Israël promise par Dieu tout au long de l'Ancien Testament. Jésus coupe court à ce malentendu et va se réfugier dans la montagne, pour prier en tête à tête avec son Père.
  • Que ME dit cette Parole ?

Ne m'arrive-t-il pas de me tromper sur l'identité de Jésus et d'en faire un Dieu qui résoudra tous mes problèmes ?
Quelle est ma relation à l'Eucharistie, à la célébration de la messe : en fais-je un temps de routine ou est-ce que je le vis comme une rencontre réelle et personnelle avec le Christ qui me transforme petit à petit de l'intérieur ?

Et vous, que VOUS dit cette Parole ?

  • Quelle(s) prière(s) m'inspire(nt) cette Parole ?

Aujourd'hui (et cette semaine), nous pouvons redire, méditer, prier, la quatrième demande du Notre Père :

Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour.

Retour à la page "générale"
Retour à la page accueil du site