30 septembre 2018

26e dimanche du Temps Ordinaire

  • Que dit cette Parole ?

Évangile selon saint Marc (9,38-43.45.47-48)

En ce temps-là,
Jean, l’un des Douze, disait à Jésus :
« Maître, nous avons vu quelqu’un
expulser les démons en ton nom
;
nous l’en avons empêché,
car il n’est pas de ceux qui nous suivent. »
Jésus répondit :
« Ne l’en empêchez pas,
car celui qui fait un miracle en mon nom
ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ;
celui qui n’est pas contre nous
est pour nous.

Et celui qui vous donnera un verre d’eau
au nom de votre appartenance au Christ,
amen, je vous le dis,
il ne restera pas sans récompense.

Celui qui est un scandale, une occasion de chute,
pour un seul de ces petits qui croient en moi,
mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou
une de ces meules que tournent les ânes,
et qu’on le jette à la mer.
Et si ta main est pour toi une occasion de chute,
coupe-la.
Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle
que de
t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains,
là où le feu ne s’éteint pas.
Si ton pied est pour toi une occasion de chute,
coupe-le.
Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle
que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds.
Si ton œil est pour toi une occasion de chute,
arrache-le.
Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu
que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux,
là où le ver ne meurt pas
et où le feu ne s’éteint pas. »

Dans cet Evangile, il y a deux parties qui semblent un peu provocatrices...

Dans la première, nous pouvons nous demander si l'Eglise naissante est une secte dont Jésus est la propriété ! En effet, Jean, après avoir vu "quelqu'un expulser les démons au nom de Jésus", l'en a empêché et est allé le dénoncer à Jésus ! Jésus calme son disciple et met les choses au clair : "celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas mal parler de moi. Celui qui n'est pas contre nous est pour nous". C'est clair, rassurant et met un terme à tout esprit de chapelle, et ouvre nos coeurs à tous ceux qui ne sont pas contre Jésus.

Dans la deuxième partie, Jésus semble dire que ce qui est cause de scandale, occasion de chute, doit être supprimé... y compris s'il s'agit d'un de nos membres ! Ce n'est pas comme cela qu'il faut comprendre ce passage, sinon il y aurait beaucoup d'amputés dans l'Eglise ! Peut-être faut-il le comprendre ainsi : "Si ton action ("ta main", "ton pied") te conduit à chuter ou conduit ton prochain à chuter, repens-toi et corrige-toi ("coupe-la (le)"), pour ne pas te retrouver prisonnier et dépendant de tes pulsions ("t'en aller dans la géhenne", la géhenne étant l'enfer)". Cela est valable aujourd'hui, personnellement et aussi communautairement, ecclésialement.

L'actualité nous donne un exemple de scandale et un moyen de se relever : lettre du Pape au peuple de Dieu.

  • Que ME dit cette Parole ?

Quel regard est-ce que je pose sur les autres ? Est-ce que je les juge à leur appartenance ou pas à l'Eglise catholique ou à l'aune de mes valeurs à moi ?

Suis-je occasion de chutes pour ceux qui m'entourent, par des actions ou par des paroles inappropriées ? Que me faut-il corriger en moi ?

Et vous, que VOUS dit cette Parole ?

  • Quelle(s) prière(s) m'inspire(nt) cette Parole ?

Je confesse à Dieu tout-puissant,
je reconnais devant mes frères
que j'ai péché
en pensées, en parole, par action et par omission ;
oui, j'ai vraiment péché.
C'est pourquoi je supplie la Vierge Marie,
les anges et tous les saints,
et vous aussi, mes frères,
de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

Retour à la page "générale"
Retour à la page accueil du site