7 octobre 2018

27e dimanche du Temps Ordinaire

  • Que dit cette Parole ?

Évangile selon saint Marc (10,2-16)

En ce temps-là,
des pharisiens abordèrent Jésus
et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient :
« Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »
Jésus leur répondit :
« Que vous a prescrit Moïse ? »
Ils lui dirent :
« Moïse a permis de renvoyer sa femme
à condition d’établir un acte de répudiation. »
Jésus répliqua :
« C’est en raison de la dureté de vos cœurs
qu’il a formulé pour vous cette règle.
Mais, au commencement de la création,
Dieu les fit homme et femme.
À cause de cela,
l’homme quittera son père et sa mère,
il s’attachera à sa femme,
et tous deux deviendront une seule chair.
Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
Donc, ce que Dieu a uni,
que l’homme ne le sépare pas ! »
De retour à la maison,
les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question.
Il leur déclara :
« Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre
devient adultère envers elle.
Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre,
elle devient adultère. »

Des gens présentaient à Jésus des enfants
pour qu’il pose la main sur eux ;
mais les disciples les écartèrent vivement.
Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit :
« Laissez les enfants venir à moi,
ne les empêchez pas,
car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.
Amen, je vous le dis :
celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu
à la manière d’un enfant
n’y entrera pas
. »
Il les embrassait
et les bénissait en leur imposant les mains.

Jésus bouscule les cadres de l'époque concernant les relations familiales...

Les pharisiens, qui cherchent toujours à "mettre Jésus à l'épreuve", veulent savoir si ce dernier respecte les traditions juives. En effet, les femmes étaient considérées comme des objets appartenant au mari (dans la liste des dix commandements, en Exode 20,17, elles sont placées entre la maison et les boeufs). Mais Jésus, lui, remonte plus loin que les dix commandements de Moïse. Il remonte à l'origine, au livre de la Genèse (2,24), pour situer plus justement la relation entre l'homme et sa femme : "tous les deux deviendront une seule chair". C'est clair : bien que Moïse ait "permis de renvoyer sa femme", Dieu, lui, les a "uni" et "l'homme ne doit pas les séparer". Le mariage est indissoluble.

Quant aux enfants, à l'époque de Jésus, c'était des êtres sans intérêt tant qu'ils n'avaient pas atteint un certain âge ; voilà pourquoi les disciples "les écartèrent vivement" en craignant qu'ils ne dérangent Jésus. Et pourtant, Jésus, sans en faire des enfants-rois, les donne en exemple pour parler du "royaume de Dieu" : "celui qui n'accueille pas le royaume de Dieu à la manière d'un enfant, n'y entrera pas".

 

  • Que ME dit cette Parole ?

Après sept années de profession religieuse, comment est-ce que je vois mon engagement pour toujours ? Comme un mariage où le divorce est une possibilité, ou comme une alliance éternelle que Dieu a scellée ?

Est-ce que je suis comme les enfants émerveillés, sans a priori, prête à accueillir joyeusement et sans crainte le Royaume de Dieu ?

Et vous, que VOUS dit cette Parole ?

  • Quelle(s) prière(s) m'inspire(nt) cette Parole ?

Aujourd'hui (et cette semaine), nous pouvons prier avec ce que François dit à tous dans sa "Lettre aux Fidèles":

"L'Esprit du Seigneur reposera et fera son habitation et sa demeure, sur tous ceux et toutes celles qui persévéreront jusqu'à la fin. Et ils seront les fils du Père céleste dont ils font les oeuvres.

Ils sont ses époux, frères et mères de notre seigneur Jésus Christ. Ses époux lorsque par l'Esprit Saint, l'âme fidèle est unie à Jésus Christ. Ses frères lorsque nous faisons la volonté de son Père qui est dans le Ciel. Ses mères, lorsque nous le portons dans notre coeur... et nous l'enfantons par nos bonnes actions qui doivent être pour autrui une lumière et un exemple."

Retour à la page "générale"
Retour à la page accueil du site