6 mars 2022 1er dimanche du carême
"Notre vie : c'est l'Evangile"

Vivre l'Evangile aujourd'hui, avec François et Claire...

et le texte de l'évangile du dimanche

Vue du Lac Trasimène, au centre, l'endroit où François a accosté...

Evangile selon saint Luc 6, 39-45

En ce temps-là, après son baptême, Jésus, rempli d’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut tenté par le diable. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim. Le diable lui dit alors : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. » Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain. »

Alors le diable l’emmena plus haut et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre. Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. » Jésus lui répondit : « Il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte. »

Puis le diable le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, d’ici jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi, à ses anges, l’ordre de te garder ; et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus lui fit cette réponse : « Il est dit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. » Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le diable s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé.

 

LE MIRACULEUX JEÛNE
DE SAINT FRANÇOIS EN CARÊME


Puisque le très vrai serviteur de Dieu, François, fut sur certains points comme un autre Christ donné au monde, Dieu le Père rendit par conséquent un si heureux homme conforme en beaucoup d’autres points au Christ son Fils, 2 ainsi qu’il apparut dans le sacré collège des saints compagnons, dans l’admirable mystère des stigmates de la croix et dans le jeûne ininterrompu du saint carême. 3 En effet, alors qu’il était sur le territoire de Pérouse près du lac, il se trouva hébergé le jour de carême prenant
chez un homme qui lui était dévoué. Saint François le
pria par amour du Christ de le transporter sur une île de ce lac où nul homme n’habitait, la nuit avant le jour des Cendres afin que personne ne s’en avisât. 4 L’hôte, en raison de son grand dévouement pour lui, accomplit cela très scrupuleusement : il se leva donc la nuit, prépara l’embarcation et, le jour des Cendres, transporta saint François à cette île. 5 Saint François n’apporta rien à manger, excepté deux tout petits pains. 6 Une fois déposé sur cette île, il demanda à son passeur de ne dévoiler
cela à personne et de ne venir le rechercher que le jeudi saint. 7 Après que son passeur eut quitté l’île, saint François resta seul et, comme il n’y avait pas d’habitation où pouvoir reposer sa tête, il se faufila dans un taillis touffu où les ronces avaient formé comme une hutte. 8 Il y demeura sans bouger pendant tout le carême, sans rien manger ni boire. 9 Or son hôte vint rechercher le bienheureux François, comme il l’avait dit, le jeudi saint et trouva que seule la moitié d’un des deux petits pains avait été touchée. 10 Mais à ce qu’on croit, saint François aurait touché cette moitié afin de réserver au Christ béni la gloire d’un jeûne de quarante jours et de chasser avec le petit pain le venin de la vaine gloire, en sorte qu’il jeûna à l’exemple du Christ quarante jours et quarante nuits.

   
Fioretti 7 // Actus 6

François, pour vivre le carême au plus près de Jésus, en prend les moyens. Pour cela il se retire dans un endroit isolé, dans une île.

Et moi ? quelle est mon "île", ce lieu où je me fais plus proche du Seigneur ?
retour au sommaire