6 février 2022 5e dimanche du TO
"Notre vie : c'est l'Evangile"

Vivre l'Evangile aujourd'hui, avec François et Claire...

et le texte de l'évangile du dimanche

 

La plage de la ville de Gaeta (Italie) où a prêché St François, dans une barque

Evangile selon saint Luc 5, 1-11


En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth.
Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. »
Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. »
Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. A cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. »
En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon :
« Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. »
Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.

St François , comme Jésus, s'est retrouvé à prêcher devant des foules, au bord de la mer. Voici ce que nous relate st Bonaventure :

"6. À une autre époque aussi, alors que le serviteur de Dieu prêchait une fois à Gaète en bord de mer, les foules par dévotion se précipitaient pour le toucher ; ayant en horreur une si grande ovation populaire, le serviteur du Christ sauta seul sur une barque attachée au rivage. Or comme si elle était mue par un moteur intérieur participant de la raison, tandis que tous regardaient admiratifs, sans aucun rameur celle-ci se porta plus loin de la terre. S’étant écarté en direction de la haute mer à une certaine distance, elle se tint immobile au milieu des flots aussi longtemps que prêcha le saint homme aux foules qui attendaient sur le rivage. Comme, le sermon une fois entendu, le miracle vu et la bénédiction reçue, la multitude se retirait pour ne pas l’importuner davantage, de son propre mouvement la barque retourna vers la terre.
Qui serait donc d’un esprit si obstiné et impie qu’il mépriserait la prédication de François, dont la vertu admirable faisait que non seulement les êtres dépourvus de raison accueillaient son enseignement, mais encore que les corps inanimés se mettaient au service du prédicateur comme des êtres animés ?"

Bonaventure, Legenda Major, LM 12, 6

Jésus comme François, ont le souci de faire entendre la Parole et la Bonne nouvelle à tous.

Et moi ? Suis-je dans les mêmes dispositions que cette foule ? Ai-je une telle faim de la Parole ? Suis-je prêt(e) à l'accueillir et à la laisser changer ma vie ?
retour au sommaire