27 février 2022 8e dimanche du TO
"Notre vie : c'est l'Evangile"

Vivre l'Evangile aujourd'hui, avec François et Claire...

et le texte de l'évangile du dimanche

"Avec un amour étonnant, François portait et conservait toujours en son cœur le Christ Jésus et le Christ crucifié"

Evangile selon saint Luc 6, 39-45

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples en parabole :
« Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? Ne vont-ils pas tomber tous les deux dans un trou ? Le disciple n’est pas au-dessus du maître ; mais une fois bien formé, chacun sera comme son maître.

Qu’as-tu à regarder la paille dans l’œil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ? Comment peux-tu dire à ton frère :
‘Frère, laisse-moi enlever la paille qui est dans ton œil’, alors que toi-même ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère.

Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri ; jamais non plus un arbre qui pourrit ne donne de bon fruit. Chaque arbre, en effet, se reconnaît à son fruit :
on ne cueille pas des figues sur des épines ; on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces.
L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon ; et l’homme mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais : car ce que dit la bouche,
c’est ce qui déborde du cœur.
»

 

"SON AMOUR POUR JÉSUS
C’est pourquoi ils le savent bien, les frères qui l’ont
fréquenté, à quel point Jésus était en sa bouche l’objet d’un entretien quotidien et continuel, d’une conversation douce et suave, d’une discussion bienveillante et pleine d’amour. Sa bouche parlait de l’abondance du cœur et la source de l’amour illuminé qui remplissait toutes ses entrailles jaillissait toute bouillante au-dehors.

Certes, il avait Jésus en lui de nombreuses façons : sans cesse il portait Jésus au cœur, Jésus à la bouche, Jésus dans les oreilles, Jésus dans les yeux, Jésus dans les mains, Jésus dans tous les autres membres. Ô combien de fois, alors qu’il était assis à table, entendant parler de Jésus, le nommant ou pensant à lui, il oublia la nourriture du corps et, comme on le lit d’un saint : « Il voyait sans voir, il entendait sans entendre. » Bien plus, très souvent aussi quand il prenait la route, à méditer et à chanter Jésus il oubliait son chemin et invitait tous les éléments à louer Jésus. Parce qu’avec un amour étonnant, il portait et conservait toujours en son cœur le Christ Jésus et le Christ crucifié, pour cette raison il a été marqué très glorieusement, de préférence à tous les autres, de son sceau, à lui qu’en extase il contemplait aussi siégeant dans une gloire indicible et incompréhensible à la droite du Père, avec qui vit et règne le très-haut Fils du Très-Haut, vainc et commande, dans l’unité de l’Esprit saint, Dieu éternellement glorieux pour tous les siècles des siècles. Amen."

   
Thomas de Celano, 1C 115

L'amour de Jésus remplit vraiment le coeur de François. Cela déborde de partout ! Il en a même été marqué dans son corps par les stigmates (les marques de sa Passion)...

La pudeur fait peut-être que je n'ose pas me laisser toucher en profondeur par cet amour de Jésus. Et si je prenais un temps gratuit pour Lui ? Pour le contempler ? Pour lire sa Parole et la laisser résonner en moi ? Pour le servir dans mon frère ou ma soeur dans le besoin ?
retour au sommaire