14e dimanche du T.O. 2020 - année A - (Mt 11, 25-30)

 

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11, 25-30

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit :
« Père, Seigneur du ciel et de la terre,
je proclame ta louange :
ce que tu as caché aux sages et aux savants,
tu l’as révélé aux tout-petits.

Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.
Tout m’a été remis par mon Père ;
personne ne connaît le Fils, sinon le Père,
et personne ne connaît le Père, sinon le Fils,
et celui à qui le Fils veut le révéler.

Venez à moi,
vous tous qui peinez sous le poids du fardeau,

et moi, je vous procurerai le repos.
Prenez sur vous mon joug,
devenez mes disciples,
car je suis doux et humble de cœur,
et vous trouverez le repos pour votre âme.
Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »


Jésus n'a rien contre les sages et les savants, mais il constate une chose : ceux qui croient tout savoir et qui, pire encore, cherchent à faire croire qu'ils savent tout ont le coeur fermé. Jésus en a fait l'expérience avec les scribes et les pharisiens qui étaient tenus pour l'élite intellectuelle de son temps. Par contre les petits, les humbles sont ouverts à l'évangile et à Dieu. Alors Jésus rend grâce à son Père pour leur ouverture de coeur.

Puis il appelle ceux ceux qui peinent, qui sont accablés, à venir à Lui et il leur promet le repos. Pourtant nous savons bien par expérience que la souffrance, les épreuves ne disparissent pas comme par un coupde baguette magique parce qu'on a la foi. Non. Mais avoir recours à Jésus, vivre avec lui donne un sens à nos souffrances et il nous aide à les porter. Dieu n'est pas le croquemitaine, le maître exigeant et terrible qu'on croit parfois. Il est amour et a envoyé Jésus pour nous le faire comprendre. Jésus est là sans cesse à nos côtés Il est l'ami plein de tendresse de douceur et de bonté qui nous aide à porter notre fardeau.