4e dimanche de Pâques, 26 avril 2020 - année A -

 

 

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 10, 1-10)


En ce temps-là, Jésus déclara :
" Amen, amen, je vous le dis :
celui qui entre dans l'enclos des brebis sans passer par la porte,
mais qui escalade par un autre endroit,celui-là est un voleur et un bandit.
Celui qui entre par la porte,c'est le pasteur, le berger des brebis.
Le portier lui ouvre,et les brebis écoutent sa voix.
Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom,
et il les fait sortir.
Quand il a poussé dehors toutes les siennes,
il marche à leur tête,et les brebis le suivent,
car elles connaissent sa voix.
Jamais elles ne suivront un étranger,mais elles s'enfuiront loin de lui,
car elles ne connaissent pas la voix des étrangers. "

Jésus employa cette image pour s'adresser aux pharisiens,
mais eux ne comprirent pas de quoi il leur parlait.
C'est pourquoi Jésus reprit la parole :

" Amen, amen, je vous le dis : Moi, je suis la porte des brebis.
Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des bandits ;
mais les brebis ne les ont pas écoutés.
Moi, je suis la porte.
Si quelqu'un entre en passant par moi, il sera sauvé ;
il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage.
Le voleur ne vient que pour voler, égorger, faire périr.
Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance. "


Jésus est la porte, c'est par lui qu'il faut passer pour avoir la Vie, la vraie Vie. Tous les marchands de bonheur qui tentent d'entrer par effraction cherchant à nous séduire par toute sorte de pub, que ce soit sur le plan matériel ou spirituel, ne sont que des escrocs.

Jésus est aussi le Bon berger, il nous connaît chacun par notre nom. Connaître quelqu'un par son nom, c'est avoir un lien personnel avec lui. Il connaît nos richesses et nos faiblesses, notre désir de bien faire et nos chutes, notre désir d'être aimé, nos joies et nos épreuves. Il nous fait sortir des prisons que nous nous forgeons. Pas de confinement avec lui ! Si nous le suivons, nous connaîtrons la liberté, la vraie nourriture, la joie.

Les pharisiens, eux qui se prenaient pour des modèles et cherchaient à gagner des disciples par une conduite souvent hypocrite (et ne cherchons-nous pas parfois à épater la galerie pour gagner l'estime des gens ?) ne comprennent pas les paroles de Jésus. Alors celui-ci reprend: " Moi, je suis la porte, les autres sont des voleurs et des bandits. Si quelqu'un entre en passant par moi, il sera sauvé."
Jésus n'a rien à gagner avec nous, s'il est venu, est devenu homme, a souffert, est mort et est ressuscité, c'est uniquement, gratuitement, par amour pour nous, pour que nous ayons la vie en plénitude, c'est-à-dire le bonheur de se savoir aimé infiniment, tels que nous sommes.

Alors écoutons sa voix et suivons-le, même si le chemin est escarpé et si parfois nous tombons, il est toujours là pour nous relever.