2e dimanche de l'Avent
"Notre vie : c'est l'Evangile"

Vivre l'Evangile aujourd'hui, avec François et Claire...

et le texte de l'évangile du dimanche

St Jean Baptiste & St François entourant La Vierge et son fils (basilique inférieure st François à Assise)

Evangile selon saint Luc 3, 4.6

L’an quinze du règne de l’empereur Tibère, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode étant alors au pouvoir en Galilée, son frère Philippe dans le pays d’Iturée et de Traconitide, Lysanias en Abilène, les grands prêtres étant Hanne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, le fils de Zacharie.

Il parcourut toute la région du Jourdain, en proclamant un baptême de conversion pour le pardon des péchés, comme il est écrit dans le livre des oracles d’Isaïe, le prophète :
Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les chemins rocailleux seront aplanis ; et tout être vivant verra le salut de Dieu.

de la Légende des 3 compagnons 26 :
" Comme François en témoigna lui-même par la suite, il avait appris par révélation divine ce mode de salutation : "Que le Seigneur te donne la paix !" C’est pourquoi dans chacune de ses prédications, c’est en annonçant la paix qu’il saluait le peuple au début de sa prédication.
Il est certes admirable – et on ne peut l’admettre sans un miracle – que, pour annoncer cette salutation, il ait eu, avant sa conversion, un précurseur qui allait fréquemment par Assise en saluant de cette manière : « Paix et bien ! Paix et bien ! » De même que Jean annonçait le Christ et, quand le Christ commença à prêcher, cessa de le faire, de même croit-on fermement que cet homme-là aussi, comme un autre Jean, précéda le bienheureux François dans l’annonce de paix, mais, après son arrivée, n’apparut plus comme auparavant.
"

Les contemporains et les biographes de François ont rapidement vu celui-ci comme un "alter christus" (un "autre Christ", à ne pas confondre avec un "idem Christus", identique au Christ), des faits troublants / coïncidences venants appuyer cette conviction. Pour François un "Jean" l'a précédé, dans l'annonce de la paix.
A nous en ce temps de l'Avent, de préparer les chemins du Seigneur, en nous faisant messager(e)s de paix !
retour au sommaire