2ème dimanche
du temps ordinaire

Evangile selon saint Jean 1, 35-42

En ce temps-là,
Jean le Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples.
Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit :
" Voici l'Agneau de Dieu. "
Les deux disciples entendirent ce qu'il disait,
et ils suivirent Jésus.
Se retournant, Jésus vit qu'ils le suivaient,
et leur dit :
" Que cherchez-vous ? "
Ils lui répondirent :
" Rabbi - ce qui veut dire : Maître -,
où demeures-tu ? "
Il leur dit :
" Venez, et vous verrez. "

Ils allèrent donc,
ils virent où il demeurait,
et ils restèrent auprès de lui ce jour-là.
C'était vers la dixième heure (environ quatre heures de l'après-midi).
André, le frère de Simon-Pierre, était l'un des deux disciples
qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus.
Il trouve d'abord Simon, son propre frère, et lui dit :
" Nous avons trouvé le Messie " - ce qui veut dire : Christ.
André amena son frère à Jésus.
Jésus posa son regard sur lui et dit :
" Tu es Simon, fils de Jean ;
tu t'appelleras Kèphas " - ce qui veut dire : Pierre.

par Philippe de Champaigne

ii
C'est la première rencontre de Jésus avec ceux qui deviendront ses disciples. Comme eux, nous sommes appelés à être disciples de Jésus. Comme eux, nous l'avons connu parce que quelqu'un nous l'a désigné, que ce soit notre milieu familial, ou une personne, une lecture, ou tout autre intermédiaire. Comme eux, nous devons rester un moment avec Lui pour mieux le connaître. Notre joie alors sera grande d'avoir découvert Celui qui nous aime au point d'avoir donné sa vie pour nous et, par toute notre vie, parfois par une parole, nous communiquerons cette joie à ceux qui nous entourent. C'est cela être baptisé, c'est cela être disciple comme les premiers amis de Jésus. Être baptisé, c'est la première des vocations sur laquelle toutes les autres sont greffées.
Comme sainte Claire nous y invite dans son Testament, nous devons nous émerveiller de notre vocation propre et en rendre grâce :

"La plus grande de toutes les grâces que nous avons reçues et que nous recevons chaque jour de notre grand Bienfaiteur, le Père des Miséricordes, celle dont nous devons lui être le plus reconnaissantes, c'est notre vocation ; et nous devons témoigner à Dieu d'autant plus de gratitude que l'état auquel il nous a appelées est plus grand et plus parfait. C'est pourquoi l'Apôtre dit : "Prenez conscience de votre vocation !"

(Testament de sainte Claire)

retour au sommaire