Sacré Coeur de Jésus

Evangile selon saint Jean 19, 31-37

Jésus venait de mourir. Comme c’était le jour de la Préparation (c’est-à-dire le vendredi), il ne fallait pas laisser les corps en croix durant le sabbat, d’autant plus que ce sabbat était le grand jour de la Pâque. Aussi les Juifs demandèrent à Pilate qu’on enlève les corps après leur avoir brisé les jambes.
Les soldats allèrent donc briser les jambes du premier, puis de l’autre homme crucifié avec Jésus. Quand ils arrivèrent à Jésus, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau.

Celui qui a vu rend témoignage, et son témoignage est véridique ; et celui-là sait qu’il dit vrai afin que vous aussi, vous croyiez. Cela, en effet, arriva pour que s’accomplisse l’Écriture : Aucun de ses os ne sera brisé. Un autre passage de l’Écriture dit encore : Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé.

D'une part, pour Claire et ses sœurs, la liturgie est vraiment le lieu où on entend et chante la Parole de Dieu qui rejoint nos cœurs. D'autre part avec son tempérament sensible et enthousiaste, Claire veut partager avec ses sœurs ce qu'elle a découvert de l'immense amour de Dieu pour nous dans l'antienne qu'elle chante tous les dimanche du Temps pascal et qui évoque le passage d'évangile que nous venons de lire, alors elle le répète à ses sœurs et pour que ce soit plus concret, elle joint le geste de l'aspersion qu'elle refait chaque soir :

" Le témoin dit aussi que la sainte Mère madame Claire, ayant entendu chanter, au temps pascal, "Vidi aquam egredientem de templo a latere dextro ", en eut si grande joie et en fut si impressionnée que, par la suite, après le repas et après Complies, elle se fit toujours donner l'eau bénite à elle-même et à toutes les sœurs, et elle leur disait : "Mes sœurs et filles, vous devez toujours conserver dans votre mémoire le souvenir de cette eau sainte qui sortit du côté droit de notre Seigneur Jésus-Christ suspendu à la croix ".

(Procès de canonisation de sainte Claire 14,8)

Avec elles, émerveillons-nous du don du Seigneur et rendons-lui grâce.
retour au sommaire