TRESOR DE LA PAROLE

1e dimanche de carême

10 mars 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 4, 1-13)
En ce temps-là, après son baptême, Jésus, rempli d’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut tenté par le diable. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim. Le diable lui dit alors : «Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain.» Jésus répondit : «Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain.»

Alors le diable l’emmena plus haut et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre. Il lui dit : «Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela.» Jésus lui répondit : «Il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte.»

Puis le diable le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit : «Si tu es Fils de Dieu, d’ici jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi, à ses anges, l’ordre de te garder ; et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre.» Jésus lui fit cette réponse : «Il est dit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu.» Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le diable s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé.

"Il fut conduit par l'Esprit dans le désert, où il fut tenté par le diable pendant 40 jours..."
C'est amusant, je n'avais pas remarqué que la tentation (et le diable) n'arrive pas au bout des 40 jours, mais qu'elle a lieu durant ces 40 jours. Jésus vit une épreuve de 40 jours, il est constamment à l'épreuve.
Au bout de ces 40 jours durant lesquels il n'a pas mangé, vient la faim. "Il eut faim" : le verbe grec sous-entend "être pauvre, nécessiteux", mais aussi "chercher avec un désir ardent".
Ainsi, l'épreuve peut se faire encore plus forte pour Jésus, parce qu'il y a un réel manque et désir. Le diable peut essayer d'avoir prise là-dessus par la suggestion : "Si..."
Lorsque cela nous arrive, tenons-nous sur nos gardes : le péché est tapi à notre porte. Mais il n'est qu'un chien attaché qui aboie. Il ne mord que si l'on s'approche de lui.

Quoi de neuf ?

et de plus ancien ?

Cette semaine nous vous proposons de prolonger votre méditation avec ce texte de St Jean Chrysostome :
"Remarquez en quel lieu l'Esprit Saint a conduit Jésus : non pas en ville, ni sur la place publique, mais au désert. Car, puisqu'il voulait attirer le démon, il a donné prise à celui-ci non seulement en ayant faim, mais aussi en venant en ce lieu. Le démon s'attaque surtout à ceux qu'il voit seuls et à l'écart. Lorsqu'il voit des gens rassemblés, il n'a plus la même audace, il perd confiance. Aussi faut-il surtout que nous soyons toujours ensemble, pour ne pas offrir une proie facile au démon. Celui-ci trouve donc Jésus dans le désert, et un désert inaccessible.

Voyez avec quelle ruse et quelle perversité le démon s'approche, et comme il saisit le bon moment !
Il n'aborde pas celui qui jeûne, mais celui qui a faim. Apprenez ainsi comme le jeûne est un grand bien, et l'arme la plus puissante contre le démon ; sachez qu'après le baptême il ne faut pas livrer au luxe, à l'ivrognerie, aux repas plantureux, mais s'adonner au jeûne. C'est pour cela que Jésus lui-même a jeûné, non pas qu'il en eût besoin, mais afin de nous instruire.
"

retour au sommaire