TRESOR DE LA PAROLE

2e dimanche de carême

17 mars 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 9, 28b-36)
En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il gravit la montagne pour prier. Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante. Voici que deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Élie, apparus dans la gloire. Ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem. Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, restant éveillés, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés. Ces derniers s’éloignaient de lui, quand Pierre dit à Jésus :
«Maître, il est bon que nous soyons ici ! Faisons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie.»
Il ne savait pas ce qu’il disait. Pierre n’avait pas fini de parler, qu’une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu’ils y pénétrèrent. Et, de la nuée, une voix se fit entendre :
«Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi : écoutez-le !»
Et pendant que la voix se faisait entendre, il n’y avait plus que Jésus, seul. Les disciples gardèrent le silence et, en ces jours-là, ils ne rapportèrent à personne rien de ce qu’ils avaient vu.

Quoi de neuf ?

En ce temps de carême, nous continuons notre chemin à la suite de Jésus. La semaine passée nous étions avec lui au désert, aux prises avec les tentations dont il est sorti victorieux.
Cette fois-ci nous voilà à la montagne, avec Lui et les disciples qu'il a choisis.
Avec eux nous découvrons le "secret" de la prière de Jésus : une prière qui transforme, irradie extrêmement (v.29).
Une prière qui est "entretien", discussion (v.30). "Je l'avise et il m'avise" (St Curé d'Ars)... lui parler de ce qui nous préoccupe, échanger, écouter sa réponse.
Une prière qui est de se laisser envelopper par sa présence (v.34).
Une prière où l'on ne voit plus que Jésus seul (v.36).

Il y a une chose que je n'avais pas remarquée : "les disciples gardèrent le silence, et ne racontèrent rien à personne, en ce temps-là, de ce qu'ils avaient vu."
Chez Luc, c'est de leur propre initiative que les disciples ne reparlent pas de ce qu'ils ont vu. Il n'est pas précisé non plus, s'ils en ont reparlé entre eux (contrairement à Mc 9, 10).
Le temps pour eux est celui de l'assimilation et du silence, et celui de l'écoute. Il n'est pas dit qu'ils n'ont pas compris ce qu'ils avaient vécu. Juste qu'ils gardent le silence. Et qu'ils restent ainsi à l'écoute du Fils élu.

et de plus ancien ?

Cette semaine nous vous proposons de prolonger votre méditation avec ce texte Grégoire Palamas (+ 1359)
"Pendant qu'il priait", Jésus resplendit et révéla d'une manière indescriptible, en présence des prophètes les plus éminents, cette lumière mystérieuse aux disciples qu'il avait choisis.
Il nous montre ainsi que cette vision bienheureuse est le fruit de la prière. Et il nous apprend que ceux qui sont proches de Dieu par la vertu et lui sont unis en esprit parviennent à la vision de cette splendeur. Celle-ci s'offre aux regards de tous ceux qui tendent sans cesse vers Dieu, par la pratique exacte des bonnes oeuvres et la prière sincère. Car, comme le dit saint Jean Chrysostome, "seul celui dont l'esprit a été purifié peut contempler la beauté véritable et très désirable qui entoure la bienheureuse nature divine". En contemplant ses rayons et ses beautés, il en reçoit une part, pour ainsi dire un rayon de lumière éclatante, qui fait briller son propre regard.

retour au sommaire