TRESOR DE LA PAROLE

5e dimanche de carême

7 avril 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 8,1-11)
En ce temps-là, Jésus s’en alla au mont des Oliviers. Dès l’aurore, il retourna au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner. Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère. Ils la mettent au milieu, et disent à Jésus :
«Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ?»
Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre. Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit :
«Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre.»
Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre. Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu. Il se redressa et lui demanda :
«Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ?»
Elle répondit :
«Personne, Seigneur.»
Et Jésus lui dit :
«Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

Quoi de neuf ?

J'aime le retournement de cet évangile : des hommes amènent une femme, surprise en adultère (donc déjà jugée, les faits l'accablent) pour accuser Jésus (v. 4)...
et ce sont eux qui finalement s'en vont coupables, "accusés par leur conscience" (v. 9).

C'est dommage qu'ils soient partis avant la fin, et qu'ils n'aient pas cru à la miséricorde du Seigneur, car cette parole " je ne te condamne pas, va et ne pèche plus", était aussi pour eux !

Force de l'amour de Jésus !
Il est cerné par des gens qui lui veulent du mal,
Il répond par un amour encore plus grand.

et de plus ancien ?

Cette semaine nous vous proposons de prolonger votre méditation avec ce texte de Saint Ambroise (+387)
"Quand ils furent tous partis, Jésus resta seul avec la femme, debout au milieu. Jésus, qui va pardonner le péché, demeure seul comme lui-même l'a dit : "l'heure vient et elle est même venue, où vous serez dispersés chacun de son côté, et vous me laisserez seul (Jn 16, 32)". Car ce n'est ni un ambassadeur ni un messager qui a sauvé son peuple, mais le Seigneur en personne. Il reste seul parce qu'aucun des hommes ne peut avoir en commun avec le Christ le pouvoir de pardonner les péchés. Cela revient au Christ seul, lui qui enlève le péché du monde. Et la femme méritait d'être pardonnée, elle qui, après le départ des Juifs, demeure seule avec Jésus."
retour au sommaire