TRESOR DE LA PAROLE

Epiphanie du Seigneur

6 janvier 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 2, 1-12)

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent :
«Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui.»

En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple, pour leur demander où devait naître le Christ. Ils lui répondirent : «À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël.» Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : «Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui.» Après avoir entendu le roi, ils partirent.

Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant. Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

Mais avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

Quoi de neuf ?

Qu'est-ce que c'est que cette histoire de Mages venus d'Orient, qui suivent une étoile pour aller saluer un roi qui vient de naître ?! Qu'ils passent leur temps à scruter le ciel, cela se conçoit. Mais de là à en déduire que cet astre annonce une naissance, celle d'un roi qui plus est... Admettons qu'ils soient très forts en lecture astrologique. Bon. Qu'ils soient zèlés au point d'aller voir un roi. Mais là il s'agit du "roi des Juifs qui vient de naître", c'est-à-dire un bébé, futur roi de rien du tout ! La nation juive n'a plus de Royaume depuis belle lurette : les Romains décident de tout et installent leurs pantins, tels ce Hérode.

Et ces mages ne viennent pas juste rendre une visite de politesse, en espérant un "retour sur investissement" (c'est-à-dire, s'attirer les faveur de ce futur roi). Non. Ils viennent se prosterner devant lui, et lui apporter des présents, pour repartir ensuite...

Alors, de quel Roi des Juifs s'agit-il ?

L'évangéliste Matthieu nous prépare déjà à ce qui va suivre dans son Ecrit. Le cadre de la Passion est posé :

- Jérusalem, le roi Hérode, les scribes, les prêtres bouleversés, nous les retrouveront. Ce seront pratiquement les mêmes qui feront condamner Jésus.

- L'enfant avec sa mère... tout comme Marie sera au pied de la croix de Jésus...

Voilà le Roi des Juifs !

Oui, la crèche et la croix sont intimement liées. Et c'est ce que nous raconte cette Epiphanie, "manifestation de gloire". La crèche préfigure et annonce la croix.

et de plus ancien ?

Cette semaine nous vous proposons de prolonger votre méditation avec ce texte de St Bonaventure :
Cherchez et adorez l'Enfant Jésus

"Vous aussi, rois, - je veux dire énergies naturelles de l'âme pieuse - cherchez l'Enfant Jésus comme les rois de la terre, pour l'adorer et lui offrir vos présents.
Adorez-le avec respect, car il est le Créateur, le Rédempteur, le Rémunérateur : Créateur dans l'institution de la vie naturelle, Rédempteur dans le rétablissement de la vie spirituelle, Rémunérateur par le don de la vie éternelle.

O vous, rois, adorez-le avec une crainte révérentielle, parce qu'il est roi très puissant ; adorez-le avec respect, il est le maître infiniment sage ; adorez-le avec joie, il est prince très libéral.

Mais que l'adoration ne vous suffise pas, si elle n'est accompagnée d'offrandes. Offrez l'or d'une charité très ardente, offrez l'encens d'une contemplation très pieuse et la myrrhe d'une contrition pleine d'amertume.

Offrez l'or de la charité pour les biens qu'il vous a donnés, l'encens de la dévotion pour les joies qu'il vous prépare, et la myrrhe de la contrition pour les péchés que vous avez commis. Offrez l'or au Dieu éternel, l'encens à son âme et la myrrhe à son corps passible.

O vous, âmes chrétiennes, cherchez-le, adorez-le, et faites-lui vos offrandes de cette manière."

St Bonaventure, Les 5 fêtes de l'Enfant Jésus.

retour au sommaire