TRESOR DE LA PAROLE

13e dimanche du Temps ordinaire

30 juin 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 9, 51-62)

Comme s'accomplissait le temps où il allait être enlevé au ciel, Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem. Il envoya, en avant de lui, des messagers ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue. Mais on refusa de le recevoir, parce qu'il se dirigeait vers Jérusalem. Voyant cela, les disciples Jacques et Jean dirent : " Seigneur, veux-tu que nous ordonnions qu'un feu tombe du ciel et les détruise ? " Mais Jésus, se retournant, les réprimanda. Puis ils partirent pour un autre village.

En cours de route, un homme dit à Jésus : "Je te suivrai partout où tu iras." Jésus lui déclara : "Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l'homme n'a pas d'endroit où reposer la tête."
Il dit à un autre : "Suis-moi. " L'homme répondit : "Seigneur, permets-moi d'aller d'abord enterrer mon père." Mais Jésus répliqua : "Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, pars, et annonce le règne de Dieu."
Un autre encore lui dit : "Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d'abord faire mes adieux aux gens de ma maison." Jésus lui répondit : "Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n'est pas fait pour le royaume de Dieu."

Quoi de neuf ?

"Jésus le visage déterminé prit la route de Jérusalem". C'est assez surprenant cette précision sur le visage de Jésus, un visage déterminé, rendu dur. Ce qui l'habite à l'intérieur rayonne et transparait sur son visage. Cette dureté n'est pas aveugle, elle n'est pas là pour écrabouiller (ici des Samaritains inhospitaliers) mais c'est vrai qu'elle fuit et se désole de la tiédeur.

Le récit qui suit, de trois hommes qui pour diverses raisons ne suivent pas Jésus (sans parler de Jacques et Jean, "experts en pyrotechnique"), doit être aussi pour nous une occasion de méditer. Non pas sur le manque de constance de l'homme, mais plutôt en prenant le temps de regarder Jésus. Nous avons là trois situations où il a pu être déçu, découragé, et se sentir incompris... mais cela ne l'a pas ébranlé dans son propre choix de prendre la route de Jérusalem, c'est-à-dire de la Passion.

et de plus ancien ?

Cette semaine nous vous proposons de prolonger votre méditation avec ce texte de Ste Claire :

"15 Ô bienheureuse pauvreté, qui, à ceux qui la chérissent et l'embrassent, procure les richesses éternelles !
16 Ô sainte pauvreté ! À ceux qui l'ont et la désirent, Dieu promet le royaume des cieux et offre sans l'ombre d'un doute la gloire éternelle et la vie bienheureuse.
17 Ô pieuse pauvreté, qu'a daigné embrasser par-dessus tout le Seigneur Jésus Christ, qui régissait et régit le ciel et la terre , qui a dit, et cela fut fait !

18 Les renards, dit-il en effet, ont des trous et les oiseaux du ciel des nids, le Fils de l'homme, lui - c'est-à-dire le Christ -, n'a pas où reposer la tête, mais en inclinant la tête, il remit l'esprit."

1ère Lettre à Ste Agnès de Prague, 15-18

retour sommaire