TRESOR DE LA PAROLE

17e dimanche du Temps ordinaire

28 juillet 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 11, 1-13)
Il arriva que Jésus, en un certain lieu, était en prière. Quand il eut terminé,un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean le Baptiste, lui aussi, l’a appris à ses disciples.»
Il leur répondit :«Quand vous priez, dites : ‘Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne. Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour. Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes, nous pardonnons aussi à tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous laisse pas entrer en tentation.»
Jésus leur dit encore :
«Imaginez que l’un de vous ait un ami et aille le trouver au milieu de la nuit pour lui demander : ‘Mon ami, prête-moi trois pains, car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui offrir.’ Et si, de l’intérieur, l’autre lui répond : ‘Ne viens pas m’importuner ! La porte est déjà fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner quelque chose’. Eh bien ! je vous le dis : même s’il ne se lève pas pour donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu’il lui faut.
Moi, je vous dis : Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira. En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvrira. Quel père parmi vous, quand son fils lui demande un poisson, lui donnera un serpent au lieu du poisson ? ou lui donnera un scorpion quand il demande un œuf ?
Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent !»

Quoi de neuf ?

"Si donc vous qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il le Saint Esprit à ceux qui le lui demandent".

L'Esprit Saint, voilà donc une bonne chose que le Père donne comme une évidence... mais pensons-nous à le Lui demander ?.. et pourquoi faire ? me direz-vous. Une bonne santé, un bon(ne) époux(se), la réussite, du travail, de l'argent, une maison, des examens, du soleil pour un mariage... voilà le genre de choses que nous imaginons bonnes pour nous, et que nous demandons avec plus ou moins de succès auprès du Père. Mais l'Esprit Saint ? En quoi l'Esprit Saint peut-il rendre notre existence bonne ?

St François et Ste Claire demandent avec insistance à leurs frères et soeurs de "désirer poséder l'Esprit du Seigneur et sa sainte opération". Il doit bien y avoir une raison !

Quand on regarde Jésus, celui-ci leur promet un défenseur (cf. Lc 24. 49) -l'Esprit Saint- pour être à leurs côtés quand il ne sera plus auprès d'eux (cf. Jn 16. 4-sq.) ; et il le leur donne après sa résurrection (Ac 2. 3-4). Regardons les disciples après la Pentecôte : ils sont transformés et remplis de courage. Ils n'ont ni or ni argent (Ac 3. 6), mais ce qu'ils ont, ils le donnent de grand coeur. A savoir, leur foi en Jésus ressuscité, qui nous relève et fait revivre, dans la joie (Ac 3. 8).

Finalement cette bonne chose qu'est l'Esprit, l'est parce qu'on ne peut pas la garder pour soi. Elle l'est parce qu'elle se communique et se partage, comme un feu qui se propage et embrase d'amour !

et de plus ancien ?

Cette semaine nous vous proposons de prolonger votre méditation avec ce texte de Bède le Vénérable :
Après avoir raconté l'histoire des deux soeurs, qui ont comme personnifié en elles les deux vies de l'Église, l'Évangéliste nous représente, en suivant un ordre admirable, Notre-Seigneur en prière et enseignant à ses disciples à prier, parce qu'en effet la prière dont il donne les précieux enseignements, renferme le mystère de ces deux vies, et que la perfection de chacune d'elles s'obtient, non par nos propres forces, mais par la prière: «Un jour que Jésus était en prière en un certain lieu», etc.
retour sommaire