TRESOR DE LA PAROLE

29e dimanche du Temps ordinaire

20 octobre 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 18, 1-8)
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager :
« Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : ‘Rends-moi justice contre mon adversaire.’ Longtemps il refusa ; puis il se dit : ‘Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.’ »
Le Seigneur ajouta :
« Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ?
Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

"Le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?"

Il semble que Jésus n'est pas persuadé de trouver beaucoup de gens - comme cette veuve - qui ont une telle confiance en Dieu, de gens persuadés que Dieu va finir par s'interesser à eux... de gens prêts à lui casser la tête.

Car aujourd'hui, c'est plutôt Dieu qui nous casse la tête et nous importune ! Si tant est qu'il ne nous laisse pas indifférent. Et, dans le meilleur des cas, nous prenons alors le temps de Lui répondre pour nous débarrasser de Lui.

Car Dieu nous prie et se fait mendiant auprès de nous, à travers nos frères et nos soeurs qui nous entourent...
Savons nous l'écouter ?

Quoi de neuf ?

et de plus ancien ?

Cette semaine nous vous proposons de prolonger votre méditation avec ce texte de Saint Grégoire de Nysse (+395)

Le Verbe de Dieu nous livre ses enseignements sur la prière lorsqu'il apprend aux disciples qui en sont dignes et qui cherchent avec ferveur à s'en instruire, avec quelles paroles il convient de prier pour se faire entendre de Dieu. Au contraire, celui qui ne s'unit pas à Dieu par la prière, se détachera de lui. Ce discours devra donc nous faire comprendre en premier lieu qu'il faut toujours prier sans se décourager (Lc 18.1). Car la prière a pour effet d'unir l'homme à Dieu, et celui qui est en communion avec Dieu est loin de l'Adversaire.

La prière sauvegarde la tempérance, maitrise la colère, extirpe la rancune. La prière est le sceau de la virginité et la fidélité du mariage. Elle est le bouclier des voyageurs, la garde de ceux qui dorment, la confiance de ceux qui veillent, la prospérité des agriculteurs, la sécurité des navigateurs.

Vraiment, quand bien même nous passerions toute notre vie à converser avec Dieu dans la prière et l'action de grâce, nous resterions, je crois, aussi indignes de cet échange avec notre bienfaiteur que si nous n'avions même pas conçu le désir de lui manifester notre reconnaissance.

retour sommaire