TRESOR DE LA PAROLE

8e dimanche du Temps Ordinaire

3 mars 2019

Chaque arbre se reconnaît à son fruit..

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 6, 39-45)
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples en parabole :
« Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? Ne vont-ils pas tomber tous les deux dans un trou ? Le disciple n’est pas au-dessus du maître ; mais une fois bien formé, chacun sera comme son maître.

Qu’as-tu à regarder la paille dans l’œil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ? Comment peux-tu dire à ton frère : ‘Frère, laisse-moi enlever la paille qui est dans ton œil’, alors que toi-même ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère.

Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri ; jamais non plus un arbre qui pourrit ne donne de bon fruit. Chaque arbre, en effet, se reconnaît à son fruit : on ne cueille pas des figues sur des épines ; on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces. L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon ; et l’homme mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais : car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur.

Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et l’on vous donnera : c’est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous.»

Quoi de neuf ?

Avec cette parabole de l'aveugle incapable de guider correctement un autre aveugle, Jésus pointe avec justesse notre manque de vision correcte sur les autres. Nous sommes autant aveugles au sujet des autres que pour nous-mêmes ! N'ayons pas pour ambition de diriger les autres, car reconnaissons-le, nous avons déjà bien du mal avec nous-mêmes !

Continuons de marcher à la suite du maître, d'être à son école, de nous laisser façonner par lui (cf. dimanche dernier).

Seigneur, viens purifier mon regard
viens dans mon coeur pour en faire Ton jardin
o Tu viens y cueillir de bons fruits

"Tu es un jardin fermé, ma soeur, ma fiancée, une source fermée, une fontaine scellée. Tes jets forment un jardin, où sont des grenadiers, avec des fruits les plus excellents"
(Ct 4, 12-13)

et de plus ancien ?

Cette semaine nous vous proposons de prolonger votre méditation avec ce texte de St Cyrille d'Alexandrie :
Notre-Seigneur ajoute aux enseignements qui précèdent une parabole bien nécessaire: «Il leur faisait aussi cette comparaison». En effet, ses disciples étaient appelés à devenir les docteurs du monde; ils devaient donc connaître toutes les règles d'une vie sainte, et répandre les clartés d'une lumière toute divine, pour éviter d'être des aveugles servant de guide à d'autres aveugles. Il leur dit donc: «Un aveugle peut-il conduire un autre aveugle ?» S'il arrive à quelques-uns d'atteindre au même degré de vertu que ceux qui les enseignent, qu'ils se contentent de cette mesure, et marchent toujours sur les traces de leurs maîtres ; car, dit Notre-Seigneur: «Le disciple n'est pas au-dessus du maître». Aussi saint Paul dit aux Philippiens: «Soyez mes imitateurs, comme je le suis de Jésus-Christ» (Ph 3,17). Pourquoi donc voulez-vous juger les autres, alors que Jésus-Christ ne juge pas? Car il n'est pas venu pour juger le monde, mais pour le sauver (Jn 3).
retour au sommaire