Saint Bonaventure

Evêque et docteur de l’Eglise, 1er ordre ( 1221 - 1274 )

 Né à Bagnoreggio ( Viterbe ) en 1221, dans une famille aisée de l’Aquila, Bonaventure fit ses études à Paris où il entra chez les frères Mineurs en 1243, devint bachelier en théologie et donna ses premières leçons à ses frères en 1248. Il rédigea de nombreux écrits, constituant progressivement sa synthèse philosophique et théologique, à laquelle il faut ajouter des écrits spirituels et des sermons. En 1257 il est élu ministre général et s’efforce d’unifier l’Ordre en employant des moyens parfois énergiques. Dans ce but il rédige de nouvelles Constitutions, inspirées de celles de 1239, écrit pour ses frères l’Itinéraire de l’âme vers Dieu, pour les supérieurs Les six ailes du Séraphin, et enfin une vie de saint François. A l’extérieur, il favorisa les missions et aida activement le Saint-Siège dans ses négociations avec l’Eglise grecque. En 1273 Grégoire X le crée cardinal et le charge de la préparation du deuxième concile de Lyon qui devait favoriser l’union de Rome et de Byzance. Mais il meurt soudainement en plein concile, le 14 juillet 1274. Il fut canonisé en 1482.

 Figure franciscaine de haut style, il a traduit sur le plan théologique l’expérience spirituelle de François. Il sut, en tant que général de l’Ordre, traduire également en terme législatifs le meilleur de la vie de François et la rendre applicable dans la vie quotidienne et ordinaire. Sa Vie de saint François d’Assise, selon un schéma pris à l’Apocalypse, s’ordonne autour de la parole du Seigneur : François, va et répare ma maison qui, tu le vois, tombe en ruines ! parole qui lui apparaît marquer la conversion définitive de François. Bonaventure note à ce moment de son récit : l’Eglise que lui désignait la voix était celle que le Christ s’était acquise de son sang. Docteur séraphique, Bonaventure aime commenter l’épisode du Séraphin qui apparut à François sur l’Alverne.

 Sa fête est le 15 juillet.

 

 

 

 

 

retour sommaire